Tour de Normandie cycliste

Pour sa 33ème édition, le Tour de Normandie cycliste s’annonce une nouvelle fois incontournable. Bien maintenue malgré les fortes quantités de neige tombées sur la région en début de semaine, l’épreuve inscrite au calendrier UCI, longue de 1000 km, se déroulera à partir de ce lundi 18 et jusqu’au dimanche 24 mars. Un prologue et 6 étapes composeront la course à travers les cinq départements normands et 11 villes étapes. Une édition qui s’annonce ouverte tant le nom des équipes est prestigieux.

Un parcours audacieux et novateur

De Saint-Lô à Caen en passant par Colombelles, Forges-les-Eaux, Elbeuf-sur-Seine, Thuit-Signol, Argentan, Domfront, Villers-Bocage, Gouville-sur-Mer ou encore Bagnoles-de-l’Orne, le peloton cycliste parcourra les cinq départements normands durant la semaine de course.

Les innovations de 2012 du prologue à Saint-Lô le lundi 18 mars et l’étape Domfront/Villers-Bocage le vendredi sont renouvelées tout comme l’étape finale entre Bagnoles-de-l’Orne et Caen, dimanche 24. Ensuite chaque étape est une innovation constante !

Le mardi, le peloton empruntera bien les traditionnelles routes entre Colombelles et Forges-les-Eaux mais le final est une succession de nouveautés. « Le circuit final sera effectué dans le sens inverse des années précédentes et surtout l’arrivée, s’effectuera près du casino, là où le Tour de France s’est déjà arrêté dans le passé et où Mario Cipollini l’avait emporté » détaille Arnaud Anquetil, organisateur de l’épreuve.

Mercredi, les demi-étapes sont abandonnées au profit d’une seule étape entre Forges-les-Eaux et Elbeuf-sur-Seine. C’est là aussi du déjà vu mais le tracé non ! En effet, le peloton de 24 équipes filera vers le département de l’Eure et des routes accidentées avant de rejoindre le circuit final autour de la ville d’Elbeuf-sur-Seine.

La seconde partie de semaine réserve elle aussi des surprises et notamment l’étape au départ de Thuit-Signol. Pour la première fois, cette petite commune du Nord de l’Eure reçoit le Tour de Normandie cycliste. Le jeudi, le peloton s’élancera de ce village qui a notamment reçu le Tour de l’Avenir pour rejoindre Argentan dans l’Orne. La ville ornaise a déjà reçu le Tour de Normandie dans le passé mais pas depuis que celui-ci est inscrit au calendrier international professionnel. « Notre arrivée avec Claude Carlin, le coordinateur général de la course, s’est concentrée cette année sur la découverte de l’organisation mais aussi l’ajout de quelques nouveautés dans le parcours. Cette étape fait parti de ces modifications » explique Richard Vivien, le nouveau président du Tour de Normandie cycliste.

Enfin, Gouville-sur-Mer va de nouveau recevoir l’épreuve ! La commune aux célèbres chalets en bord de mer verra le peloton de 144 coureurs prendre le départ de l’avant dernière étape qui mènera vers Bagnoles-de-l’Orne.

Des équipes du monde entier

Des nouveautés qui font de cette 33ème édition une course ouverte, d’autant plus que le niveau des équipes retenues est à de haut niveau. En plus du Team Europcar, qui viendra défendre la victoire finale de Jérôme Cousin l’an dernier avec des coureurs d’expérience à l’image d’Anthony Charteau ou Christophe Kern, ce sont des équipes venant du monde entier qui sillonneront les routes normandes.

Parmi les équipes à retenir, il faut citer Astana CT, Omega-Pharma Quick Step, l’équipe américaine BMC qui est l’une des nombreuses équipes réserves Pro-Tour au départ de cette 33ème édition. BMC qui est l’équipe de l’ancien champion du monde Thor Husvod qui n’est autre qu’un ancien vainqueur du Tour de Normandie ! L’équipe venue de l’autre côté de l’Atlantique est peu connue en France mais nul doute qu’elle ne fait pas le voyage pour découvrir la Normandie et peut-être les bords des routes encore enneigés !

Autres candidats au podium final, les équipes anglaises, d’Europe du Nord, allemandes ou encore la Rabobank Development Team qui a eu l’habitude de briller sur les routes normandes dans le passé. Ce plateau sera complété par les équipes françaises, Bretagne-Séché Environnement, notamment qui auront à cœur de se battre dans cette épreuve qui révèle toujours d’excellents coureurs et dont les retombées ne s’arrêtent pas aux limites de la France.

Face à un parcours piégeur et un plateau ouvert, il faudra être vigilant pour espérer briller une semaine après le départ. Rappelons qu’en 2012, la course s’était jouée dès la première étape puisque le peloton avait laissé filé un trio maitrisé par Jérôme Cousin, vainqueur final…