Etape 2 – L’étape à Clément Orceau, Fabian Lienhard conserve le maillot jaune – Tour de Normandie cycliste

2e étape Evreux – Forges-les-Eaux, 156 km.

Vent contraire – Dès le départ donné à Evreux sous une fine bruine, les 150 coureurs se trouvent confrontés à une double difficulté, la route qui s’élève en de larges lacets en direction de Gaillon et un vent contraire qui va longtemps freiner les ardeurs des plus entreprenants.

Le jeu de Nicolas – Cette progression à petite vitesse favorise les visées de Théo Nicolas, honoré meilleur grimpeur la veille. Le Rouennais grapille deux points par ci, à Caër, quatre points par là, avant les Andelys, amassant un solide pécule dans sa quête de conservation du maillot à pois.

Un leader impressionnant – L’approche du sprint bonifications jugé aux Andelys donne lieu à une splendide empoignade entre les quatre premiers du classement général. Le début du Tour de Normandie se joue bien à coups de secondes et Fabian Lienhard met un point d’honneur à devancer Van Dalen, Hagen et Bol même pou un enjeu dérisoire, respectivement, 3, 2 et 1‘’. Au nouveau classement général, le coureur d’Holowesko-Citadel possède 7’’ d’avance sur Bol et Van Dalen.

La force de Rouen – Ce coup de force de Lienhard semble mettre un frein aux vélléités de ses adversaires qui savent que le leader tient bon. Également Nicolas fait donner sa garde dans la 3e cpote répertoriée, son coéquipier Rondeau raflant la mise devant l’Anglais Bibby.

Intermède scandinave – Le duo norvégien Hoelgaard-Vangstad fait un bref pied de nez au peloton mais se calme très vite, km 38, quand la course emprunte de longues parties planes exposées au vent. Attaquer signifie s’échiner en pure perte. Une longue accalmie s’installe avant qu’un autre Norvégien, Hoem, toujours du Team Joker Icopal, ne vienne la troubler, km 60, quand on s’y attend le moins.

Trois en tête – Alors que l’homme de tête creuse l’écart, 1’10’’, km 62, deux contre-attaquants, Duiunov (Russie) et Bugter (Pays-Bas) sortent l‘un après l’autre à sa poursuite. Les deux hommes trouvent tout intérêt à se regrouper dans une atmosphère hostle pour revenir sur l’homme de tête qui comprend aussi la chance de ce renfort intéressant. Le trio se regroupe km 75, au seuil de la troisième heure de course. Le peloton accuse 2’30’’ de retard, écart qui ne va pas vraiment varier pendant un bon moment, la moyenne restant bloquée à 37 km/heure… et pas beaucoup plus.

Lienhard à terre – Si l’aventure des trois hommes de tête semble partie pour durer un peu, deux chutes se produisent dans le peloton au niveau de la zone de ravitaillement, km 90 , impliquant Lienhard, notamment, mais sans dommages corporels sauf une belle peur pour le leader et maillot jaune.

Hoem fait de la résistance – L’approche du circuit final vers Forges-les-Eaux est une lente agonie pour le trio de tête. Seul Hoem, récompensé plus tard meilleur animateur insistera quand le peloton est à moins d’une minute derrière. Le Norvégien va encore entretenir un ultime espoir de rejoindre l’arrivée en petit comité avec le renfort de Van den Berg (Pays-Bas) et Gamper (Autriche).

Orceau remporte la mise – Le trio retarde très longtemps l’échéance. Dans ce peloton, les sprinteurs sûrs de leur fait s’entrechoquent déjà épaule contre épaule, ce qui produit une énorme chute à 17 km de l’arrivée. Il y a de nombreux blessés (Rivière, Guyot, etc). Coupé un moment en deux, le peloton fond inexorablement sur les hommes de tête. Le Luxembourgeois Wirtgen tente bien d’éviter un sprint massif mais c’est Clément Orceau, lauréat l‘an passé de la dernière étape à Caen, qui s’impose en puissance à Forges-les-Eaux. Lienhard garde son maillot jaune.

Après deux jours d’observation pour lancer la 38e édition du Tour de Normandie, le profil plus exigeant de la 3e étape courue entre Yvetot et Elbeuf-sur-Seine devrait apporter du changement au classement.

Caméra embarquée sur le vélo de David RIVIERE, Vendée U Pays de la Loire

 Les coulisses du Tour :

 

 

Les classements