Etape 4 : Evrecy – Argentan – Tour de Normandie cycliste

Victoire italienne, malheurs français

4e étape Evrecy-Argentan–, 152 km.

Vent de folie – 145 coureurs prennent le départ d’Évrecy, localité qui recevait pour la première fois le Tour de Normandie où la caravane a pu saluer Pierre-Raymond Anquetil, créateur de l’épreuve, venu en voisin avec Madame. Poussé par un vent favorable, le peloton dégringole à toute allure vers Clinchamps quand une chute se produit qui va faire souffler un vent de folie sur le début de course. Sur cet incident, une bordure de 17 coureurs se forme à l’initiative de Vangstad mais un regroupement très provisoire s’opère km 20.

Obstination scandinave – Vangstad se signale à nouveau à l’approche de Cesny-Bois-Halbout, km 28, mais, victime d’une crevaison, il doit laisser le Danois Bendixen franchir en tête la ligne du classement du meilleur grimpeur située à l’entrée d’Ussy où Théo Nicolas (VC Rouen 76), porteur du maillot distinctif aux couleurs de Carrefour Market, 2e au sommet de la côte de Clair-Tison, grapille quelques points supplémentaires devant son concurrent direct Gaëtan Lemoine (VCP Loudéac), 3e. Dans le peloton, une grosse chute intervient à l’entrée de l’agglomération. Lienhard, le leader de l’épreuve, se fait accrocher et le cadre de son vélo ne résiste pas.

Rapproché anglais – Consécutivement à la première côte de l’étape, le premier sprint bonifications se juge à Villers-Canivet, km 44. Bendixen (Team Coop) s’obstine toujours seul devant mais c’est le Britannique Gibson, 2e, qui fait la bonne opération. Empochant 2’’ de bonifications, il consolide sa 3e place et revient à 13’’ de Lienhard.

Leaders en difficulté – Lienhard, un temps relégué dans un quatrième peloton, revoit la tête du peloton à Falaise, km 48, où il stoppe à nouveau mais pour reprendre son vélo personnel. De con côté, Yan Guyot (VC Rouen 76), 10e du classement général et 2e Français au départ de l’étape, souffre le martyr 48 heures, pire que la veille, après sa chute sur la route de Forges-les-Eaux.

Piège dans l’Orne – A la sortie de Falaise, une cassure se produit dans le peloton qui se heurte à un vent contraire. C’est l’équipe amateurs de Vendée U qui se coltine la poursuite, son sprinteur, Clément Orceau, victime d’un incident mécanique, se retrouvant piégé dans un petit groupe d’attardés au sein duquel Yann Guyot commence à envisager l’abandon. Un peu plus loin, le gros du peloton momentané regroupé explose en cinq groupuscules.

Trio international – Le « Point chaud » de Beaumais, km 63, est remporté par le Néerlandais Bugter, qui tient à ses prérogatives de leader de ce classement. Un trio en profite pour se distinguer ensuite, formé du Danois Veyhe, du Français Bacon et de l’Anglais Handley. Les trois hommes prennent un peu de champ, le peloton éprouvant le besoin de souffler un peu.

De la casse en forêt – Dans la côte de Sainte-Eugénie, km 87, Fabian Lienhard, le leader de l’épreuve, accélère brutalement, provoquant un vent de panique dans le peloton. Et la traversée de la Forêt de Gouffern se fait à vive allure. Si le trio de tête résiste à cette subite poussée de fièvre, de nombreux lâchés sont enregistrés.

L’équipe Holowesko à la manoeuvre – L’approche d’Argentan se fait à un rythme soutenu. Les trois hommes de tête préservent toujours leur demi-minute d’avance à l’entrée du circuit final, km 106, où quatre tours de 10,5 km sont encore à boucler. L’équipe Holowesko se charge de la poursuite car Veyhe pointe à seulement 26’’ au classement général, Bacon et Handley à 37’’. Si le Belarus Krasilnikau et l’Américain Murphy emmènent Lienhard en carrosse, les sprinteurs n’attendent pas mieux pour courir après le trio de tête et restent dans l’expectative.

Crevaison de Bacon, trio condamné – Bacon (CC Nogent-sur-Oise) crève dans la deuxième traversée de Juvigny-sur-Orne, km 125. Un coup terrible pour l’échappée car l’avance des hommes de tête était providentiellement montée jusqu’à la minute. L’incident de l’ancien champion de France contre-la-montre condamne la tâche de Veyhe et Hindley, qui savent, à deux contre tous, le combat perdu d’avance mais ils ne capitulent pourtant qu’à 5 km de l’arrivée.

Victoire italienne, progression anglaise – Dès lors, l’empoignade est furieuse sur la route du retour vers Argentan. Et deux chutes se produisent en chemin, qui éliminent ou éloignent de la tête quelques sprinteurs dont Clément Orceau. Dans la dernière ligne droite, le DanoisNielsen emmène de loin mais le coéquipier de Lienhard ne peut s’opposer au dernier coup de reins de l’Italien Moschetti. L’Anglais Gibson, 3e, fait un bond en avant au classement et se positionne désormais, en deuxième position, à 9’’ de Lienhard.

La 5e étape, courue entre Villers-Bocage et Bagnoles-de-l’Orne, va donner l’occasion à Fabian Lienhard, un Zurichois âgé de 25 ans, leader de l’épreuve depuis le départ, de montrer dans la traversée de la Suisse Normande s’il a l’étoffe d’un vainqueur final ou pas.

Les interviews des coureurs avant le départ…

… et à l’arrivée

 

 

   

Les classements